logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Concours national de chorégraphie hip-hop : La Cie Tche-za organise les phases régionales «Ye Mze ndo?»

Concours national de chorégraphie hip-hop : La Cie Tche-za organise les phases régionales «Ye Mze ndo?»

Culture |  | Elie-Dine Djouma

image article une
Durant les cinq premières éditions, le batlle était organisé à Ngazidja pour les danseurs issus de tout l’archipel. Cette fois-ci il le sera au niveau national “pour donner l’occasion aux jeunes chorégraphes, filles et garçons de l’ensemble des îles, d’exprimer leurs talents”, a expliqué le directeur artistique et chorégraphe de Tche-za, Salim Mze Hamadi.

 

La compagnie Tchez-za est en plein dans l’organisation des phases régionales de son concours national de chorégraphie de hip-hop, intitulé «National battle, Ye Mze Ndo ?». La première phase de ce concours de danse a démarré le 3 août dernier et va prendre fin le 12 août. L’honneur a été fait aux danseurs de hip-hop de Ngazidja, qui se sont affrontés au Centre de création artistique des Comores (Ccac) au Mavuna. Ceux de Mwali et Ndzuani seront respectivement invités dans les Alliances françaises de Fomboni et Mtsamdu pour les qualifications à la phase nationale.

Selon les organisateurs de l’évènement, l’édition de cette année sera différente des cinq précédentes. «Durant les cinq première édition, le batlle a été régional. On l’organisait toujours à Ngazidja pour les danseurs issus de tout l’archipel. Cette fois-ci nous voulons le faire au niveau national pour donner l’occasion aux jeunes chorégraphes, filles et garçons de l’ensemble des îles, d’exprimer leurs talents», a dit le directeur artistique et chorégraphe de Tche-za, Salim Mze Hamadi alias Seush.

Trois types de danses hip-hop opposeront les candidats lors des affrontements chorégraphiques. Les garçons seront jugés sur les krump, le break et le New style et les filles seront évaluées en All style ou en tout style de danse. Les qualifications sont déjà finies à Ngazidja et à partir de ce lundi se sera le tour des autres îles.

Les concurrents de la Cie Tche-za ont eu recours à des chansons hip-hop des artistes nationaux, à l’image de Cheikh Mc, Da most Wanted ou Chucky Mista Res, pour ne citer que ceux-là.

Ce concours est individuel. En 2016, les trois lauréats ont été jugés à travers les danses krump, break et New style et l’édition a été remportée par trois jeunes de la Cie Tche-za, Haïdham, Wardine Sangoko et Fakri alias Cris. Les deux derniers évoluent aujourd’hui dans le groupe international comorien Uni’Son. Mais cette année, selon Seush, on va présélectionner quatre danseurs par îles et quatre filles au total pour un trophée par sexe.

Le même directeur artistique de Tche-za, Seush, fera partie du jury de «National battle, Ye Mze Ndo?» avec ses collègues et chorégraphes internationaux comoriens, Djoumoi et Karim du même groupe.  

Commentaires