logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Journée nationale Mbae Trambwe : La fête de 2017, célébrée jeudi à Kwambani

Journée nationale Mbae Trambwe : La fête de 2017, célébrée jeudi à Kwambani

Culture |  | Mariata Moussa

image article une
L’édition 2017 de la Journée nationale Mbae Trambwe a été célébrée officiellement, hier, à Kwambani. L’évènement a été organisé par la commune de Washili-ya-djuu, en collaboration avec les ministères de la Culture, de l’Artisanat et de l’Education nationale. Cette année la fête a été décalée de plus d’un mois en raison du mois de ramadan.

 

Dans son mot de bienvenue à l’assistance, le maire de la commune a, en outre, sollicité l’inscription de la Journée sur la liste des fêtes nationales, ce qui serait une manière d’«encourager ces jeunes qui dirigent la fondation et qui travaillent sans relâche pour maintenir vivant l’histoire du poète».

Le commissaire à l’Education et à la Culture de Ngazidja, intervenant au nom du gouverneur de l’île, a indiqué que ces dernières semaines sont celles de la culture avec la célébration des 30 ans de carrière de l’artiste Salim Ali Amir, la journée nationale Mbae Trambwe et l’ouverture du festival Djahazi. «Nous travaillerons sans relâche pour l’histoire de notre pays», a fait savoir Maoulida Ben Oussein. «Avec l’aide de l’Union Européenne, nous élaborons un manuel pour apprendre l’histoire des Comores à nos enfants», a-t-il annoncé.

Quant au vice-président en charge de l’artisanat, Djaffar Ahmed Saïd a relevé que «cette journée Mbae Trambwe est la fête de la langue comorienne, célébrée à Kwambani-ya-Washili car la localité est le berceau de la langue comorienne».    

Insistant sur le vœu de voir l’évènement figurer sur la liste des fêtes nationales, le jeune Assad Ibrahim a rappelé que «la journée est devenue nationale en 2000 à l’époque où capitaine Sidi [aujourd’hui colonel, Ndlr] était ministre de la culture». L’orateur saurait également gré aux autorités compétentes de plaider pour l’inscription du poète à l’Unesco et a sollicité la mise en place d’un programme de réhabilitation du palais royal de Mbae Trambwe. «Notre devoir de nous rappeler de notre identité est primordial, c’est notre richesse commune, nous sommes appelés à la préserver», a-t-il déclaré.   

Le temps fort de la célébration de l’édition 2017 de la journée a été la distinction, par des certificats de mérite, au chanteur-compositeur-interprète Salim Ali Amir, en reconnaissance de ses 30 ans au service de la chanson comorienne ; à l’écrivain Mohamed Nabahane pour avoir écrit le premier roman en Shikomori. D’autres distinctions ont été décernées, respectivement, à Zainaba Hamadi, couturière traditionnelle, et à deux athlètes de la localité de Kwambani. 

                            

Commentaires