logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Dissolution du Fadc : La direction nationale contre-attaque

Dissolution du Fadc : La direction nationale contre-attaque

Économie |  | Ali Abdou

image article une
Quand il s’agit du bilan de 23 ans du Fonds d’appui au développement communautaire (Fadc), personne ne peut prouver le contraire. Dans les villes et villages des Comores, Fadc était toujours présent à l’accès à l’enseignement primaire, à l’accès à l’eau, au désenclavement et assainissement et à la construction et réhabilitation des postes de santé.

 

Suite à la décision du président de la République de mettre fin aux missions du Fonds d’appui au développement communautaire (Fadc), à travers le décret N°17 – 029 /PR, portant création de l’Agence nationale de conception et d’exécution des projets (Anacep), la direction nationale du Fadc a sorti un communiqué de presse avant-hier, lundi 24 juillet, pour dresser le bilan de ses 23 ans au service des plus démunis, ainsi que de lister les projets réalisés depuis la création de cet organisme, en 1993.

Dans ce long communiqué, l’ancienne direction a expliqué les missions qui ont été dévolues à leur organisme, lors de sa création. Parmi ses tâches, l’établissement d’un mécanisme institutionnel et financier répondant aux besoins socio-économiques des communautés de base et l’apport en assistance à une étude et à la préparation des projets qui s’intègrent dans un plan d’ensemble de développement communautaire. Il est chargé d’aider et conseiller les responsables des associations villageoises, des associations non gouvernementales et les groupements communautaires dans l’exécution et la gestion des projets.

Mais aussi, inciter et sensibiliser les populations les plus démunies à développer des initiatives  visant à promouvoir le développement des localités, villages et régions. Et enfin, aider les populations rurales dans la recherche de moyens tendant à limiter l’exode rural par la création et le développement des activités productives et génératrices de revenus.

Ainsi, l’ancienne direction du Fadc a  rendu public son bilan qui répond en majorité à leurs missions dévolues. Selon son communiqué, depuis 1994, date du lancement des activités, le Fadc a procédé au renforcement des capacités des  Communautés, en identification et planification des actions à réaliser pour améliorer leur qualité de vie, la gestion communautaire, administrative et financière et la passation des marchés.

Il a veillé à la maîtrise d’ouvrage, le ciblage communautaire, le suivi évaluation participatif et la technique d’entretien et de pérennisation des infrastructures de base. Parmi ses appuis en faveur de la population, une assistance technique et financière à la réalisation de projets communautaires.

Le fond d’appui au développement communautaire a accompagné  les communautés villageoises dans l’amélioration de l’accès à l’enseignement primaire dans 243 villages, l’accès à l’eau dans 72 villages et le désenclavement et l’assainissement dans 116 villages, toujours selon le communiqué.

Parmi ses réalisations, la construction ou réhabilitation de 17 postes de santé, la réalisation de 75 micros projets d’infrastructure économique dans 27 villages de pêcheur (poissonnerie, magasin de stockage de matériel et équipement de pêche, ….) et la construction de diverses infrastructures (digues, ouvrage de franchissement, mur de soutènement, rampe de hissage, ….) dans 39 villages. Il a procédé à l’élaboration de 188 plans de développement local et 15 plans d’aménagement du terroir.

Dans le cadre de la protection sociale, le Fadc a établi un mécanisme institutionnel et financier répondant aux besoins de fournir un complément de revenu à 33 678 ménages affectés par les crises socio-politiques du pays et la crise alimentaire mondiale (2009-2014).

Ainsi que l’élaboration d’un mécanisme institutionnel et financier répondant aux besoins de fournir un complément de revenu à 4 217 ménages les plus démunis dans 69 villages, en vu de renforcer leur capacité de production  tout en améliorant l’environnement  productif à leur communauté pendant 3 ans. Ce projet court jusqu’en juin 2019.


Commentaires