logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Enseignement public : Reprise poussive après quarante jours de grève

Enseignement public : Reprise poussive après quarante jours de grève

Éducation |  | Abdallah Mzembaba et Zalfata Hamada

image article une
La fin de la grève a été annoncée vendredi dernier et la reprise des cours programmée le lendemain. Mais, dans les faits, le mot d’ordre n’a pas été suivi. Quarante jours de vacances forcés et de repos involontaire ça laisse des traces. Alors forcement les élèves peinent à reprendre leurs vitesses de croisière. Samedi “aucun élève n’est venu”. Lundi, quelques uns ont fait le déplacement. Et avant-hier, lors de nos passages dans les différentes écoles publiques de la capitale, il n’y a pas eu foule même si la situation tend à revenir à la normale. Reportage.

 

Au collège de la Coulée, où nous sommes passés mardi à 10h30, Abdou Ibrahim, le directeur des lieux, a fait savoir que 60% de ses élèves étaient présents contrairement à lundi où seuls 40% avaient fait le déplacement. A noter que ledit collège possède 18 divisions pour 765 élèves.

 


Lire aussi : Fin de la grève des enseignants  : Reprise des cours samedi dernier a près 40 jours de suspension


 

En 6e /2, une petite salle située à côté de la direction nous avons rencontré à peu prés une vingtaine d’élèves en train de…jouer. Certains jouaient effectivement aux cartes, tandis que d’autres étaient concentrés sur leurs cahiers, avec la volonté de se remettre à jour.

Asmina Ismaël, qui jouait aux cartes, nous a raconté qu’elle et ses collègues attendent le professeur d’arabe qui devrait être là à 11h. “Nous jouons en attendant l’arrivée de notre professeur d’arabe.

Ce matin, on avait deux cours, un de français et un autre de maths, les profs sont venus et on a fait cours», nous informera la jeune fille.

Eparpillés dans l’enceinte même de l’établissement et inhalant l’odeur du camion poubelle passé dans les parages, les élèves paraissent heureux de se retrouver et de faire cours à nouveau après la crise. Si certains sont effectivement heureux, mais ce n’est pas le cas du jeune Ikram Ousseine Abdou plus connu sous le nom de Yasser.

Heureux de se retrouver

Ce jeune de la 6e /3 explique être “confiant quant à la suite des événements, mais je regrette cette reprise pendant le mois de ramadan. Ce n’est pas normal que les élèves du privé soient en vacances pendant que nous soyons là”.

Son délégué de classe, Assiandi Youssouf, avoue que le ramadan n’arrange, en effet, pas les choses, “la preuve est là, on fait cours, on est trop content  même si on est un petit peu fatigué à cause du ramadan”.

Vêtu de son boubou, permis exceptionnellement tout le mois de ramadan à la place de tenue obligatoire, le jeune Yasser, grippé, reconnait ne pas s’être présenté en cours le lundi à cause de son état de santé.

Il n’est pas le seul, à l’école primaire Fundi Saïd Mnemoi, Mirzaouane Youssouf, directeur adjoint, a déclaré que “beaucoup de parents d’élèves ne sont pas de Moroni et pendant la grève ils sont rentrés chez eux ; du coup la reprise est légèrement timide mais sous peu on va retrouver notre rythme habituel”.

Arrêt des cours à 14h30

Comme à la Coulée, au collège de Mbuweni, les professeurs ont quasiment tous répondu présent et les cours ont bien repris à quelques exceptions près. Nassuf Mohamed de la 5e /1 a affirmé : “nos enseignants sont bien venus mais on n’a pas fait cour. On a juste discuté et ils nous ont rassuré que la crise est maintenant derrière nous”.

Fayssoilidine Attoumane Abdou, surveillant au Cr de Mbuweni, nous apprendra que les vacances sont prévues le 15 juillet. Actuellement, les enseignants du public remplissent les bulletins du second trimestre et les résultats sont prévus dans les prochains jours.

Les cours eux, sont programmés de 7h30 à 14h30 au plus tard, ramadan oblige. Mohamed Ali Abdallah alias Décidé, proviseur du lycée Saïd Mohamed Cheikh (Lsmc) de Moroni, a reconnu six absences de profs pour raisons personnelles, mais pour le reste tout est normal.

Une information qu’a confirmée Nouzlat Daroueche de la terminale G1. Pour elle, “les cours n’ont certes pas tous repris mais on pourra rattraper le temps qu’on a perdu bien que je reste persuadé que les élèves du privé ont un avantage sur nous”.

Inquiétudes

Elarifou Soilihi, délégué de la classe de 1ère  G1, parle pour sa part d’une “reprise sérieuse” des cours, les professeurs sont au rendez-vous mais ce sont les élèves qui s’absentent.

“On a repris les cours depuis samedi, mais c’est le lundi qu’on a commencé à faire cours et paradoxalement ce sont les élèves qui s’absentent”.

Le jeune homme dit avoir des inquiétudes quant à la grève car ne sachant pas si les revendications des profs sont satisfaites ou pas. Quant à la prolongation des cours jusqu’au mois de juillet, il se dit qu’un mois de prolongation n’est pas suffisant, le retard accumulé étant trop énorme.

Son professeur de comptabilité lui n’est pas d’accord. Mohamed Boina a affirmé, en effet, pouvoir finir le programme et commencer les premières leçons de la terminale avant les grandes vacances.

Signe de cette reprise poussive au collège de la Coulée et à l’école Fundi Saïd Mnemoi, les élèves chantent habituellement l’Udzima wa Massiwa (et la surate yasine pour la deuxième école citée), mais en ce moment cela n’est pas encore le cas. L’essentiel est peut-être ailleurs.


Commentaires