logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Crise politique : Tirs groupés des maires et conseillers de Ngazidja contre le gouverneur

Crise politique : Tirs groupés des maires et conseillers de Ngazidja contre le gouverneur

Politique |  | Mohamed Youssouf

image article une
Entre les maires de Ngazidja et le gouverneur Hassani Hamadi, l’ambiance n’est pas à la camaraderie. Comme en témoigne cette charge de Djoumoi Said Abdallah, président de l’Association des maires de l’île, contre Mrodjou. «Le gouverneur prend ce qui lui appartient et veut aussi s’adjuger ce qui nous appartient. Personne ne nous prendra cet argent que la loi des Finances prévoit pour les communes», dit-il.

 

Après s’être mis à dos les conseillers de l’île, qui pointent son ‘‘mépris’’ envers les textes en vigueur, Hassani Hamadi doit maintenant faire face à cette fronde des maires et aux démissions en cascade au sein de son cabinet. Hier, à travers une conférence de presse, les élus de Ngazidja, Conseillers de l’île et Maires, ont vivement dénoncé les agissements illégaux du chef de l’exécutif.

Tout est parti d’un arrêté que Mrodjou a adressé aux conseillers pour leur annoncer son intention de disposer du budget insulaire, bien qu’il ne soit pas adopté. «Le 31 août 2016, le gouverneur a posé son premier acte illégal en confiant l’intérim à son conseiller privé. Il sera suivi de plusieurs autres dont son entêtement à ne pas procéder à la mise en place d’une nouvelle équipe de commissaires. Depuis quatre mois, l’île est dépourvue d’exécutif légal. Le dernier acte en date est cet arrêté portant sur l’exécution d’un budget que les conseillers ont rejeté pour des motifs légitimes.

On apprend également dans ce document qu’il met en place des conseils régionaux sur aucune base légale dans le but de priver les mairies de leurs droits», a déclaré le président du conseil de l’île, Younoussa Said M’madi. Outre ces faits jugés ‘‘sans fondement juridique’’, les conseillers fustigent la volonté du gouverneur de s’adjuger 6 des 8,2 milliards de francs que la loi de Finances octroie aux communes de Ngazidja, d’imposer un nouvel organigramme illégal et de faire d’un commissaire l’ordonnateur du budget.

Convoquer une session extraordinaire

Pour le président de l’association des maires de Ngazidja, Djoumoi Said Abdallah, «le gouverneur prend ce qui lui appartient et veut aussi s’adjuger ce qui nous appartient. Personne ne nous prendra cet argent que la loi des Finances prévoit pour les communes. Nous appelons donc le gouverneur à respecter la loi, parce que l’Union prévoit cette subvention, non pour le gouverneur, mais bien pour les communes.

D’ailleurs, nous attendons la subvention de Ngazidja. S’il veut s’accaparer de notre part, il nous trouvera en travers de son chemin.» Il a, en outre, expliqué que les mairies étaient des entités disposant d’une autonomie administrative et financière. Par conséquent, seuls les maires ou des comptables nommés par l’Union peuvent disposer du pouvoir d’ordonnateur de leur budget et non le commissaire chargé des Finances.

«C’est quand même surprenant qu’il ne nous donne rien, mais qu’il veut en plus prendre ce qui nous appartient. Comme lui, nous avons des mandats de cinq ans et des bilans devront être réalisés. Alors, s’il faut que nous fassions la guerre pour nos droits, nous le ferons parce que dans ce combat, seuls les faibles seront écrasés», a ajouté le maire du Nguwengwe. Conseillers et maires appellent le gouverneur de Ngazidja à revenir sur sa décision de vouloir exécuter un budget non adopté, de prendre en compte les amendements soulevés et de demander une seconde lecture.

«Nous invitons le gouverneur à actualiser les amendements du budget et convoquer une session extraordinaire. Étant le garant des institutions, nous allons adresser une lettre au président Azali Assoumani pour lui donner tous les détails et lui demander de réagir. Le gouverneur n’accorde aucune importance aux dispositions légales qui régissent Ngazidja et s’érige en défenseur du non-respect des lois», accuse Younoussa Said M’madi. Les élus de Ngazidja ont enfin témoigné leur solidarité à l’endroit de leurs homologues de Ndzuani contre le gouverneur Salami Abdou Salami, qui ‘‘bafoue quotidiennement les dispositions de la loi statutaire’’.


Commentaires