logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Exim Bank Prêt sur gage

Les 54 maires des Comores reçus hier à Beït-Salam : Le président leur a promis de les accompagner financièrement

Les 54 maires des Comores reçus hier à Beït-Salam : Le président leur a promis de les accompagner financièrement

Politique |  | Abdallah Mzembaba

image article une
Pour faire face aux difficultés du quotidien, Djoumoi Saïd Abdallah, maire de Nguwengwe, propose quelques solutions. Ainsi, en ce qui concerne la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire, les maires demandent, notamment, le «transfert des compétences relatives à l’urbanisme réglementaire et la signature par le ministre de tutelle de l’arrêté de transfert des compétences de la préfecture vers les communes».

 

Les 54 maires des Comores ont rencontré le président de la République hier, en début d’après-midi, au palais présidentiel de Beït-Salam. Cette rencontre, sollicitée par l’Association nationale des maires comoriens (Anmc), était l’occasion de faire part au chef de l’Etat de leurs conditions de travail et de lui présenter les résultats de certaines études déjà effectuées dans les communes.

Djoumoi Saïd Abdallah, maire du Nguwengwe, a insisté sur le renforcement des capacités des maires sur l’ensemble du territoire et le transfert de certaines compétences dévolues aux municipalités.

Le président de l’Anmc a ainsi plaidé pour l’organisation d’un «événement solennel où le chef de l’Etat viendra réaffirmer les pouvoirs des maires devant les différents acteurs de l’Etat».

A l’en croire, l’autorité des maires est parfois remise en cause par certaines personnes, voire institutions. Un sentiment partagé par Ladaenti Houmadi, maire de la commune de Bambao-Mtruni.

Pour elle, le statut des maires est encore à revoir et la sécurité reste un handicap majeur dans l’exercice de leurs fonctions. «Il y a comme une sorte d’anarchie où chacun, ne connaissant pas ses limites, agit comme il veut.

Sans compter que beaucoup d’entre nous se sont vus retirer leurs salaires initiaux alors que nous n’avons aucune indemnité». Hazalis Dokora Saïd, maire de la commune Mwambassa à Mwali, abondera dans le même sens.

Synchronisation Pour faire face à ces difficultés du quotidien, Djoumoi Saïd Abdallah propose quelques pistes de sortie de crise. Ainsi, en ce qui concerne la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire, les maires demandent, notamment, le «transfert des compétences relatives à l’urbanisme réglementaire et la signature par le ministre de tutelle de l’arrêté de transfert des compétences de la préfecture vers les communes».

Dans le domaine financier, il faudrait, dit-il, «associer la commune dans le recouvrement des impôts sur le territoire communal et le recensement des nouveaux contribuables selon des modalités qui seront arrêtées et convenues.

Faire aussi adopter la proposition de loi portant sur la fiscalité locale, qui se trouve actuellement sur la table de l’Assemblée nationale».

Djoumoi Saïd Abdallah fera, enfin, des propositions sur «le fonctionnement régulier des communes» avant d’appeler de vive voix une «synergie entre les plans de développement local et le plan de développement national».

Pour sa part, Azali Assoumani a fait savoir qu’au-delà des rencontres et des discours, il faudrait passer aux actes. Le président s’est dit conscient des difficultés que rencontrent les maires.

Accompagnement des difficultés surtout dues à des divergences de juridiction. Néanmoins, «vous étiez tous conscients de ces difficultés et vous avez fait le choix de vous porter candidat.

Je vous exhorte donc à y faire face avec nous car personne ne le fera à notre place». Pour apporter plus de réponses aux inquiétudes des maires, le président de la République a annoncé la tenue d’assises nationales. Une rencontre est prévue après le mois sacré de Ramadhwani pour en discuter les modalités.

Ces assises serviront à tracer une feuille de route pour savoir comment agir dans les prochaines années. Beït-Salam a promis un accompagnement sans faille, notamment sur le plan financier. «Vous êtes aussi les garants de la sécurité de vos communes.

Il vous faudra donc montrer vos droits et vos devoirs à la population. Toutefois, miser sur la prévention plutôt que sur la répression», recommande le chef de l’Etat en revenant sur les problèmes d’autorité auxquels font face les maires. 

Commentaires