logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Clôture de la deuxième édition du Salon national de l’artisanat

Clôture de la deuxième édition du Salon national de l’artisanat

Culture | -   Dayar Salim Darkaoui

image article une
Jeudi 5 juillet, à l’hôtel Le Retaj, a eu lieu la cérémonie de clôture du deuxième «Salon national de l’artisanat» qui a été marquée, tout comme l’année dernière, par la présence du président de la République, Azali Assoumani, mais aussi du ministre des Arts et de la Culture, Salime Mahamoud, entre autres personnalités. À l’honneur, pour cette deuxième édition du Salon, l’«art et le mariage». C’est donc par un défilé de mariage qu’a débuté cette cérémonie de clôture. Femmes et hommes défileront en tenues traditionnelles aux couleurs variées, représentant les différentes festivités du grand-mariage comorien selon les spécificités de chaque île.


La directrice de l’artisanat, Rahamatou Goulam, est revenue dans son discours sur l’importance de ce thème, qui est de faire du grand mariage une des sources du développement du pays à travers l’artisanat. Elle a plaidé pour l’utilisation du «made in Comores» dans les festivités, citant par exemple les corbeilles produites sur place, lesquelles peuvent servir dans les Madjilis ou les Ukumbi.

Faire renaître le Fesnaco

 Elle a également émis le souhait, devant le chef de l’État, de voir les bâtiments administratifs être équipés en mobiliers comoriens. «Les activités du Salon agissent en faveur du développement de l’artisanat comorien, reconnu comme secteur fournisseur du tourisme, un des piliers du développement de notre pays», fait-elle valoir. La directrice de l’artisanat a, en outre, annoncé l’organisation d’un concours «meilleur projet innovant» à l’intention des femmes et des jeunes, avec l’appui du ministère de l’Artisanat.


Sur ce dernier point, le ministre de l’Artisanat s’est engagé, à travers son cabinet, à pérenniser les projets sélectionnés lors du concours. Salime Mahamoud, tout en se félicitant et en félicitant la Direction générale de l’artisanat pour la réussite de l’événement, a appelé tout un chacun à rester mobilisé car «le chemin à parcourir reste long pour former cette identité comorienne à travers nos valeurs telles que l’art et le mariage». Avant le mot du chef de l’État, l’assistance a repris à capella l’hymne nationale, chantée par certains de ses compositeurs, en tête desquels Hamidi Ben Cheikh. «Ce deuxième Salon qui s’achève me donne tout simplement le sentiment du travail bien accompli», lance d’emblée Azali Assoumani. «S’il y a un domaine incontournable au développement de notre pays, c’est bien celui de l’artisanat, dit-il.


 Le président de la République s’est engagé, «à titre personnel», à primer deux des projets qui seront choisis au concours «meilleur projet innovant». Dans son discours en comorien, interpellé par l’écrivain Aboubacar Saïd Salim, Azali Assoumani a émis le souhait de voir renaitre le Festival national des arts et de la culture comoriens (Fesnaco).


Commentaires