logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Exécution du budget 2018 : Etat des lieux au premier trimestre

Exécution du budget 2018 : Etat des lieux au premier trimestre

Économie | -   Dayar Salim Darkaoui

image article une
L’exécution budgétaire au premier trimestre a dépassé les prévisions. Grâce à l’augmentation des recettes et à la maîtrise des dépenses à en croire la Direction générale du budget. Des services comme l’Administration générale des impôts et des domaines (Agid) ont fait des progrès énormes. Ce qui n’est pas le cas des sociétés d’État dont la majeure partie est à la traîne. Des recommandations ont été ainsi formulées pour atteindre la barre de 18 milliards au deuxième trimestre

 

Le rapport d’exécution budgétaire au premier trimestre de 2018 est plutôt encourageant. Les recettes sont allées au-delà des prévisions. La loi des Finances 2018 fixait un objectif de recettes intérieures de l’ordre de 66 milliards, avec un taux prévu de réalisation de 20% au premier trimestre, soit un peu plus de 13 milliards. Au 31 mars, les recettes plafonnaient à plus de 15 milliards.

Le taux de réalisation est de 118%, ce qui représente 23% des recettes totales prévues. Rappelons qu’initialement, les previsions pour le premier trimestre étaient de l’odre de 20% des recettes totales annuelles. Par conséquent, durant les trois premiers mois, les chiffres annoncent un surplus de 3% (2 milliards).

La Direction générale du budget explique cette situation par l’augmentation des recettes pendant la période, et la maîtrise des dépenses à hauteur du respect des objectifs fixés par les autorités. L’un des grands artisans de l’augmentationdes recettes est l’Administration générale des impôts et des domaines (Agid).

L’objectif fixé à l’Agid au premier trimestre était de 1 milliard 662 millions. Le taux de réalisation est de 1 milliard 868 millions.

Des sociétés encore à la traine

Une performance ”inattendue” que le ministre des Finances et du budget, Saïd Ali Saïd Cheyhane, a tenu à saluer lors de l’atelier d’évaluation de mardi 24 avril dernier. Les Douanes et le Trésor ne sont pas en reste, enregistrant respectivement des excédents de 450 et 161 millions.

La réalisation au niveau des sociétés d’État est de 7 milliards 393 millions, contre les 5 milliards 829 millions prévus. Mais “c’est l’arbre qui cache la forêt”, comme l’a si bien souligné le Trésorier-payeur général (Tpg), Moindjié Saadi, lors de l’atelier d’exécution.

La Sch (- 153 millions), l’Onicor (-199 millions), la Ma-mwe (-67 millions), l’Aimpsi (-2 millions), Com’Air (-4 millions) et l’Apc (-188 millions) sont loin d’avoir répondus aux attentes. On doit ce plafond à la Société Comores Telecom, qui enregistre un surplus de 1 milliards 981 millions, et à la Snpsf, avec un surplus de presque11 millions.

Au niveau des îles, le taux de réalisation est dans l’ensemble de 693 millions, au lieu des 634 millions initialement prévus. Un surplus donc de 59 millions, dû à l’île de Ngazidja, laquelle a enregistré un excédent de 119 millions, sur les 329 millions attendus. Les îles de Ndzuwani (-49 millions) et Mwali (- 11 millions) ne sont pas parvenus à atteindre leurs objectifs respectifs de 234 et 71 millions.

S’agissant des dépenses, elles sont globalement exécutées, au premier trimestre, à hauteur de 10 millions, contre une estimation totale de 22 millions, soit un taux d’exécution de 43,25%.

En perspective au deuxième trimestre, les prévisions de réalisation des recettes ont été ramenées à 27% au lieu de 25%, soit 18 milliards au lieu de 15 milliards.

Un certain nombre de recommandations ont été formulées dans l’atelier par la Direction géné- rale du budget en vue de parvenir à ce plafond. 

Commentaires