logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

À Ntsaweni III, le vote se poursuit malgré «les malentendus»

À Ntsaweni III, le vote se poursuit malgré «les malentendus»

Elections 2019 | -   Elie-Dine Djouma

image article une
"Nous vivons quelques mouvements depuis le matin, certes, mais il n’y a eu aucun incident devant empêcher le vote", a déclaré le président du bureau de vote, Bakar Moilim. Des assesseurs se plaignent du manque de lisibilité des opérations de vote dans ce bureau de vote.

 

Le bureau de vote Ntsaweni III, au nord de Ngazidja, est n’arrive pas à avoir sa quiétude normale depuis son ouverture. Vers 10 heures, la situation a dégénéré, dans ce bureau sis au foyer Mablaghu Surur de Ntsaweni. Les assesseurs regrettent "l’attitude du président de vote et la secrétaire générale" qui travailleraient, selon eux, sans transparence. L’assesseur du candidat Ibrahim Ali Mzimba, Mohamed Ali Itrisso se plaint du fait que "nous sommes là comme des observateurs. On ne maîtrise rien, on ne sait rien de ce qui se passe dans ce bureau de vote. J’ai vu le président du bureau de vote assister un électeur d’un âge très avancé dans l’isoloir. Ce n’est ni juste ni normal".

L’assesseur du candidat indépendant Ahamada Mahamoud, Kanane Bakar va dans le même et témoigné qu’"il est 10h passées alors que personne dans ce bureau de vote ne sait pas combien de personne ont voté ni l’évolution du processus du scrutin. Pire, les principaux responsables du bureau de vote ne maîtrisent pas le code électoral".   

Le président du bureau de vote, Ntsaweni III, Bakar Moilim dit ignorer des données du bureau du vote. "C’est à la secrétaire du bureau de vous le dire. Nous vivons quelques mouvements depuis le matin, certes, mais il n’y a eu aucun incident devant empêcher le vote", s’est-il défendu. La secrétaire, Asmia Ahamed Saïd, a soutenu que "le vote se déroule dans le calme. Nous avons 340 inscrits. Les gens se présentent de plus en plus aux urnes". 

Le représentant du candidat Mohamed Soilihi, Hassane Ibouroi Hamadi implore le manque de transparence dans le bureau de vote. "Il y a du désordre. Le président nous interdit de faire la moindre remarque. Il nous défend de faire même des mouvements au sein du bureau de vote. Nous sommes là mais en tant qu’observateurs. Ni plus ni moins", jure-t-il. Malgré tout, les électeurs faisaient une courte queue à l’entrée du bureau de vote. "On a appris les malentendus la dedans. Mais je vais faire mon devoir de citoyen comorien", a déclaré l’électrice, Nasma Saandi. A suivre…      

Elie-Dine Djouma

Commentaires