logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Campagne électorale / Une première journée plate à Moroni

Campagne électorale / Une première journée plate à Moroni

Elections 2019 | -

image article une
La campagne électorale a été ouverte hier, à minuit. L’ambiance de la première journée de campagne est passée au ralenti. Morose. Aucun meeting. Ni d’un candidat à la présidentielle ni aux gubernatoriales à Ngazidja. La journée d’hier, mercredi 20 février, ressemble à une journée comme les autres, à Moroni. En dehors de quelques conférences de presse et des photos de certains candidats affichés au sud de Moroni, aucun événement n’a marqué la première journée de campagne.

 

Les candidats à l’élection du président de la République et des gouverneurs ont un mois, à compter de ce mercredi 20 février, pour battre campagne et conquérir la confiance des électeurs comoriens. La première journée de la campagne semble belle est bien «morte». Aucun meeting ni rassemblement à Moroni.  Les habitants ignorent que la campagne a été lancée. Au nord de Moroni, jusqu’à 16 heures, aucune photo de candidat n’a été affichée. Juste deux banderoles de Soilihi Mohamed déploiyés à  Moroni Coulée. C’est au Sud qu’on voyait quelques posters du candidat Mzimba (à la présidentielle) et Abbas Mohamed El-Had (au gouvernorat de Ngazidja). Sur quatre personnes interrogées par Al-watwan, deux seulement ont été au courant du lancement de la campagne.


Maman Mohamed, vendeuse de légumes à Volo-volo, comme son collègue Fatoumia Mhoudine, vendeuse de poissons, disent ne pas être au courant que la campagne était ouverte. «Je suis venue travailler ce matin comme d’habitude. Personne ne m’a dit que la campagne est ouverte. En général, on voit des jeunes qui collent des photos ici à Volo-volo, et nous n’avons vu personne. Regardez-vous-même. Aucune photo sur les murs ni sur les poteaux», a témoigné Maman Mohamed. Pour Souleimane Ali, jeune lycéen, il a appris à la radio que la campagne a été ouverte mais aucun signe de celle-ci dans le rue.  «J’ai rien vu, ni photo, ni banderole, ni cortège de voitures, ni meeting aujourd’hui [hier]. On dirait que les candidats ne sont pas encore prêts à entrer en campagne.»


Au sud de Moroni, l’ambiance est un peu différente, on voit des photos un peu partout, mais des photos d’un seul candidat, Ibrahim Ali Mzimba. «Nous nous sommes réveillés ce matin et découvert des photos collés aux murs, des photos de Mzimba. C’est ce qui nous a permis de savoir que la campagne a démarré. Maintenant, j’attends voir le programme des différents candidats pour prendre position. Pour l’instant, je ne vois aucun candidat  à qui je dois accorder ma confiance», dit Mamadou Daouk Mahamoudou, originaire de Ndzuani, sortant de l’Université ayant déjà son master d’économie en poche, et travaillant en tant que vendeur ambulant de sandales à Caltex et Shindo shambwani.


De son côté, Saïd Bacar, dit Général Memey, un militant du parti Ridja, a annoncé que «nous sommes déjà en campagne, mais nous allons rentrer dans le ring à partir de demain jeudi. Nous sommes en train de constituer nos équipes de campagnes», dit-il.

Chamsoudine Saïd Mhadji

Commentaires