logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Hamidou Karihila entre dans la bataille

Hamidou Karihila entre dans la bataille

Elections 2019 | -   Mohamed Youssouf

image article une
Pour le candidat, tous les domaines demandent des interventions d’urgence à commencer par l’alimentation. Dans ce secteur, Hamidou Karihila promet jusqu’à 300 vedettes aux pêcheurs et une valorisation des produits locaux au détriment des produits importés. Il s’engage à maximiser la production agricole pour lutter contre la vie chère.

 

Ouverte depuis hier, la campagne présidentielle commence à prendre forme avec les rentrées des différents candidats. Au même titre que ses concurrents, Hamidou Karihila a lancé officiellement sa campagne au cours d’une conférence de presse qu’il a organisée dans son Quartier général de la Coulée aux côtés de ses différents directeurs de campagne. Le candidat saisira l’occasion pour dérouler certains points de son programme présidentiel. Outre le fait de s’engager à revenir sur les accords de Fomboni «salutaires» et transmettre le pouvoir à un Comorien venu de Ndzuani, «au nom des 15 années de stabilité politique et d’entente nationale».
Pour partir à l’assaut de la présidence de la République, l’ancien secrétaire d’État chargé du monde arabe a concocté un plan consistant à revenir dès les trois premiers mois de sa présidence, sur l’éducation, l’économie, le tourisme, la santé, l’énergie, la pêche, l’agriculture, les investissements du secteur privé et sur les infrastructures «pour que les Comoriens sachent qu’une pauvreté éternelle n’existe nulle part dans le monde». Pour la jeunesse et le chômage presque endémique, «je m’engage sur le financement de 400 projets chaque année dont la plupart seront financés par une partie de la redevance administrative unique (Rau) et à créer des sociétés d’État pour renforcer la politique de lutte contre le chômage».
En ce qui concerne les autres secteurs de la vie, «lors des trois premiers mois de ma présidence, des experts étrangers et des Comoriens sillonneront l’ensemble du territoire pour identifier les potentialités du pays avant d’organiser, trois mois plus tard, une grande rencontre avec comme invités, des bailleurs de fonds étrangers pour se pencher sur les résultats qui seront obtenus par les experts. Il sera question de voir les patrons qui seront susceptibles de nous aider ou de nous prêter des fonds. Suivant cette logique, les six mois qui suivront consisteront à traduire les paroles en actes en lançant les divers chantiers», annonce Hamidou Karihila qui n’oubliera pas les droits humains et les libertés fondamentales.
À ce propos, il reviendra sur le travail des médias en promettant un fonds de soutien aux médias publics et privés, des appels à candidatures pour les postes de directeurs des médias d’État que sont Al-watwan et Ortc. Outre ces engagements, Hamidou Karihila informe qu’une fois président, «mon gouvernement sera composé de 40% de femmes ainsi que mes candidats à la députation. Dans un souci de donner une place prépondérante à la femme comorienne, toutes les entreprises qui auront des femmes comme propriétaires et gestionnaires verront leurs impôts et taxes être diminués significativement».
Revenant sur le secteur sportif, Hamidou Karihila trouve qu’il s’agit d’un secteur en souffrance et pour y remédier «je prends l’engagement de diminuer de 30% le salaire du président, de 15% ceux des ministres et des directeurs généraux pour financer le sport comorien. L’État devra également apporter un concours significatif en terme de financement pour les fédérations sportives».
Le candidat abordera la question du Anda «devenu important qu’on le veuille ou non et que nous devons fructifier en créant notamment un secrétariat d’État à la tête duquel, on retrouverait un notable» ainsi que la religion «en évitant d’importer les conflits confessionnels dans notre pays», sans oublier la diplomatie «que nous devons renforcer avec notamment le transfert le département du commerce extérieur au ministère des Affaires étrangères».

Mohamed Youssouf

Commentaires