logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Soilihi Mohamed boucle sa campagne à Mwali

Soilihi Mohamed boucle sa campagne à Mwali

Elections 2019 | -

image article une
Détaillant point par point les grandes lignes de son programme comme l’organisation des Assises nationales sur l’éducation, la libération des personnes condamnées par la Cour de sûreté de l’Etat, il a clos son allocution en appelant ses partisans à lui donner les chances de présider aux destinées du pays.

 

Chose rare ! Nous avions l’habitude de démarrer les cérémonies officielles par des versets coraniques. Cette fois, la tradition n’avait pas de cité. C’est l’artiste Boléro qui a ouvert  les débats avec une prestation dont lui seul connait le secret.

Abacar Hassanaly ouvre le bal de la cérémonie. Il a d’abord mis en avant «la maturité politique de l’île de Mwali. En 2019, nous n’allons pas jeter des pierres ni brûler des pneus comme ce fut le cas autrefois, mais nous allons utiliser les bulletins comme armes». Ensuite, il a énuméré un-à-un les qualités si particulières qui font la singularité du candidat... Quant à Arzèle, ancien commissaire de l’île, s’exprimant au nom de l’Updc, il a dénoncé  «une constitution discriminatoire qui nous fait penser aux pires moments de l’histoire de l’archipel». Ceci, insistant sur «le préjudice que porte cette constitution sur l’autonomie et la présidence tournante». Il décortiqua en amont les présumés pièges que comportent les articles 52 et 53 de la constitution de Juillet 2018.


Lire aussi : Soilihi Mohamed, candidat, souhaite rétablir l’esprit et la lettre des Accords de Fomboni



Prenant la parole devant une foule surchauffée, le capitaine Rachad Abdallah a prôné la paix et la stabilité, pointant du doigt certaines mentalités qui ont freiné, selon lui, la bonne marche du pays. Pour sa part, Elamine Ali Mbaraka a  déclaré : «le scrutin du 24 mars est la plus facile jamais réalisé dans l’histoire car même si nous ne connaissons pas encore le gagnant mais le perdant on le connait déjà».
Enfin, pour le colonel Campagnard, ce n’est pas le fruit du hasard si lui et son équipe ont choisi la place de l’indépendance pour tenir leur dernier meeting dans l’île avant de poursuivre que «personne n’oserai m’interdire d’organiser un meeting à la place de la réconciliation nationale de Fomboni, à Mwali». Il a, en outre, promis une fois à Beit Salam «d’en finir avec les élections présidentielles à deux tours (…)».


Lire aussi : Soilihi Mohamed, une vie dans l’armée avant les affaires et la politique


 

Le candidat a mis en garde «les tentatives de fraudes». Détaillant point par point les grandes lignes de son programme comme l’organisation des Assises nationales sur l’éducation, la libération des personnes condamnées par la Cour de sûreté de l’Etat, il a clos son allocution en appelant ses partisans à lui donner les chances de présider aux destinées du pays.

Ahamada Combo Yassine

Commentaires