logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Comores-Chine I Une coopération aux multiples volets

Comores-Chine I Une coopération aux multiples volets

Politique | -   Abdillah Saandi Kemba

image article une
Infrastructures, santé, formation, télécommunications, énergie, la République populaire de Chine a adopté une méthode classique d’appui au développement socio-économique dont les résultats ne sont plus aujourd’hui à démontrer. La Chine a réussi, depuis 1975, à promouvoir une culture de confiance et à forcer respect et admiration aux Comores sans tambour ni trompette. Beijing a mis, il y a trois ans, un fonds de 60 milliards de dollars à la disposition de l’Afrique pour permettre au continent de financer plus «200 projets économiques» au profit des populations.

 

L’arrivée aux Comores d’un officiel chinois de haut rang est le reflet d’une coopération forte et agissante entre les Comores et la République populaire de Chine. Wang Yi n’est pas seulement le chef de la diplomatie chinoise. Ce diplomate de carrière, pur produit de la Chine de Mao, est membre du commandement central du pouvoir à Pékin. Sa visite témoigne de la qualité des liens qui unissent la fraternité comoro-chinoise. Difficile aujourd’hui d’évaluer le coût des investissements engagés par la Chine.


Les Comores et la Chine, c’est avant tout un mariage d’amour dont la longévité est justifiée et renforcée par le respect mutuel et la volonté commune de fonder le partenariat sur des projets concrets profitables à la population. «A la différence des autres pays, la Chine se montre à la fois discrète et respectueuse de la liberté des Etats amis. Elle connait ses limites et les domaines clés à soutenir pour prouver sa sincère coopération», a souligné un ambassadeur et diplomate comorien.

Depuis 1975

Infrastructures, santé, formation, télécommunications, énergie, la République populaire de Chine a adopté une méthode classique d’appui au développement socio-économique dont les résultats ne sont plus aujourd’hui à démontrer. La Chine a réussi, depuis 1975, à promouvoir une culture de confiance et à forcer respect et admiration aux Comores sans tambour ni trompette.


Outre le palais du peuple inauguré en juillet 1985, principal symbole de l’amitié entre les deux pays, la Chine s’est d’abord limitée à la coopération sanitaire au début des années 1990. Même si, parallèlement, elle octroyait des bourses au milieu des années 1980 de formation (220 bourses depuis 1982) qui ont permis de former de nombreux hauts cadres de santé.


La première mission médicale chinoise aux Comores remonte à l’année 1994. Beijing a dépêché 139 médecins aux Comores. «Depuis 1994, la Chine a commencé à envoyer des équipes médicales aux Comores. Les médecins chinois travaillent dans les hôpitaux de 3 îles et fournissent des services médicaux à la population locale. A ce jour, 139 médecins au total ont travaillé aux Comores», indique l’ambassade de Chine à Moroni.


Dans le secteur de la santé, l’un des actions phares est le programme d’élimination du paludisme dans les trois îles. «L’Union des Comores est le premier pays à bénéficier du programme d’élimination du paludisme initié depuis l’année 2007 dans le cadre de sa coopération avec la Chine», indique une note d’information de l’ambassade de Chine. «Grâce au traitement de masse et à la contribution de l’équipe d’experts médicaux des deux pays, le taux de succès de ce projet a dépassé 98%».Le deuxième grand ouvrage, symbole de cette coopération, est sans doute l’Office de radio et de télévision des Comores (Ortc) remis en 2002.

Les infrastructures économiques

Beijing a aussi marqué son partenariat grâce notamment à l’agrandissement de l’Aéroport international Moroni Prince Said Ibrahim (Aimpsi). On notera également la construction de l’office national du tourisme (Ont). En 2009, la République populaire de Chine s’est aussi impliquée dans le secteur de l’énergie et de l’eau en fournissant une centrale électrique et des kilomètres de tuyaux remis dans le cadre des travaux de renouvellement du réseau d’eau.


L’hôpital de Bambao-Mtsanga et le stade de Maluzini sont les deux grands joyaux financés par le gouvernement chinois ces dernières années. «Le stade de Malouzini comprend une piste de course standard de 400 m, un terrain de football standard, une tribune de 10 000 places et un mini terrain d’entraînement de football. Le projet a débuté en 2016 et s‘est achevé en 2019», précise la note de l’ambassade de Chine.


La formation de nombreux officiers de l’armée comorienne et l’équipement de celle-ci en matériel roulant ont beaucoup marqué la coopération militaire. Les échanges culturels entre les Comores et la Chine se sont renforcés ces dernières dix dernières années après l’ouverture du centre Confucius à l’université des Comores. Aujourd’hui, la coopération économique est dans le viseur des autorités des deux pays. Trente ans après, la Chine s’intéresse désormais aux infrastructures économiques. La Chine soutient des gros travaux dans le secteur des routes, ses entreprises dont devenues les leaders du marché.

60 milliards de dollars

Dans le secteur des nouvelles technologies, le géant chinois Huawei accompagne de nombreux investissements dans les télécommunications et la cybersécurité.Outre l’appui à la vaccination de la population, Wang Yi promet un soutien au Plan Comores Emergent (Pce). A l’issue du forum sino-africain de septembre 2018, Beijing a mis un fonds de 60 milliards de dollars à la disposition de l’Afrique pour permettre au continent de financer plus «200 projets économiques» au profit des populations. «Il appartient aux gouvernements de soumettre leurs projets», explique-t-on.

Commentaires