logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Conseil des ministres I La vaccination et le trafic des migrants au cœur des échanges

Conseil des ministres I La vaccination et le trafic des migrants au cœur des échanges

Politique | -   Natidja Adabi

image article une
Le porte-parole du gouvernement annonce la mise en place d’un comité national qui analysera en profondeur le phénomène des migrations et fera des propositions. Les Comores notent l’existence d’une filière de trafics de migrants venant d’Afrique de l’est.

 

Le Conseil des ministres a eu lieu hier au palais de Beit-salam sous la présidence du chef de l’Etat, Azali Assoumani. Le porte-parole du gouvernement, Houmed M’saidie, est revenu sur les trois jours qui seront accordés aux six districts sanitaires n’ayant toujours pas atteint l’immunité collective. 


«S’ils (les districts, ndlr) sont toujours réticents, même après ces trois jours de rattrapage, on devra de prendre des mesures assez sévères car tant qu’on aura pas atteint l’immunité collective, tout le monde est menacé», a-t-il formulé avant d’informer que dans sa politique de lutte contre la Covid19, le président de la République insiste à ce que les vaccins destinés aux jeunes entre 12 et 17 ans soient disponibles dans le pays très prochainement. Il rappellera l’obligation de se munir du pass sanitaire pour pouvoir entrer dans toutes les institutions privées et publiques.

Trafic des migrants

Pour l’installation d’un laboratoire devant certifier la qualité des produits agricoles et halieutiques qui devront être exportés, selon le porte-parole du gouvernement, les travaux ont commencé mais ne sont pas encore terminés. «On espère que d’ici peu, les travaux pourront reprendre avec surtout la mobilisation des fonds nécessaires», a-t-il avancé.


Le Conseil des ministres s’est penché sur le trafic des migrants. «Ces derniers temps, le pays fait face à une entrée répétitive de migrants sur le territoire national. Ils expliquent souvent que c’est dans le but de pouvoir entrer dans l’île de Maoré occupée par la France. Mais, dans le cas contraire, ils restent ici. Donc, on va essayer de mettre en place un comité national qui se conformera aux normes internationales pour étudier ce phénomène», a-t-il concéder.


Interrogé sur les procès de l’ancien président Sambi et du gouverneur Salami, le porte-parole du gouvernement parle d’une lenteur au niveau de la justice. «Il faut poser la question aux concernés», dit-il avant d’ajouter : «on ne gère pas ce genre de dossier. Nous attendons juste que les juges bouclent l’instruction et qu’ils nous communiquent après les dates durant lesquelles se tiendront ces audiences-là. On avait certes annoncé une date, oui, mais si elle n’a pas pu être respectée, ce n’est pas de notre faute».


Au sujet des 49 kilogrammes de lingots d’or saisis la semaine dernière à l’aéroport, le porte-parole du gouvernement dit attendre les décisions du parquet de Moroni. «Ils devaient être entendus aujourd’hui (mercredi) au parquet de Moroni. Comme vous, nous attendons voir la suite de l’affaire», a-t-il concédé, rappelant l’accord de principe sur l’extradition des ressortissants des deux pays en cas d’infraction. «Des discussions sont en cours pour procéder à leur transfert. Mais une délégation malgache est attendue à Moroni prochainement».

Commentaires