logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Plénière de l’Assemblée Nationale / Quatre projets de lois adoptés à l’unanimité

Plénière de l’Assemblée Nationale / Quatre projets de lois adoptés à l’unanimité

Politique | -   Mohamed Youssouf

image article une
Désormais le président de l’Union est autorisé à ratifier l’accord de création de la banque africaine d’import-export, Afreximbank, l’accord de partenariat économique intérimaire entre les États de l’Afrique orientale et australe, d’une part, et la communauté européenne et ses États membres, d’autre part, l’amendement portant interdiction de trafic illicite des déchets dangereux à la convention de Bale et, pour finir, l’Assemblée de l’Union a adopté à l’unanimité le projet de loi portant sur le système national des aires protégées.

 

Les représentants de la Nation au Palais du peuple ont adopté à l’unanimité hier, en séance plénière, quatre projets de loi. La réunion a été présidée par le vice-président de l’institution, député Maoulana Charif, et enregistré la présence, entre autres, du ministre des Finances et du Budget, Said Ali Said Chayhane. Ce dernier a, par ailleurs, présenté le projet de loi portant autorisation au président de l’Union à ratifier l’accord de création de la banque africaine d’import-export, Afreximbank.
Aussitôt après l’adoption à l’unanimité du texte, l’argentier de l’État a fait savoir que cette adhésion à la filiale de la Banque africaine de développement (Bad) allait engendrer des avantages conséquents pour le pays. «Les Comores vont bénéficier à l’instar de tous les autres pays adhérents, de l’assistance financière que cette banque offre pour ses institutions publiques et privées en vue de favoriser le développement. La mission de cette banque consiste à financer la promotion et l’expansion des échanges commerciaux intra et extra-africains. La Bad consent à acheter au profit de notre pays, 100 actions à raison de 10.000 dollars l’action». Said Ali Said Chayhane ajoutera que «pour suivre notre coopération avec les différentes institutions financières, une direction de la coopération financière sera mise en place au ministère des Finances». Et pour illustrer l’intérêt de soumettre le projet de loi aux parlementaires, il révèle que «à l’heure actuelle, pas moins de 43 pays africains ont lancé le processus pour l’adhésion à cette institution».