logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Fundi Chakira s’en est allé : Le monde du sport endeuillé

Fundi Chakira s’en est allé : Le monde du sport endeuillé

Sports | -   Dayar Salim Darkaoui

image article une
L’annonce de la disparition de fundi Chakira Saïd hier matin, lundi 2 juillet, a ému le monde du sport et particulièrement de l’athlétisme où il a officié, au sein de la Fédération nationale (Fca), successivement en tant que directeur technique national (Dtn), puis président de 2006 à 2010 et, enfin, conseiller de la Commission de discipline ces deux dernières années. «C’était quelqu’un de rigoureux et passionné», raconte l’actuel président de la Fca, Aboud Saïd Hilmy, lequel occupait le poste de secrétaire général au temps où le regretté était président. En 1996, il a préparé la délégation comorienne lors des Jeux olympiques (Jo) d’Atlanta aux États-Unis. Il s’agissait de la première participation des Comores aux Jo.

 

L’annonce de la disparition de fundi Chakira Saïd hier matin, lundi 2 juillet, a ému le monde du sport et particulièrement de l’athlétisme où il a officié, au sein de la Fédération nationale (Fca), successivement en tant que directeur technique national (Dtn), puis président de 2006 à 2010 et, enfin, conseiller de la Commission de discipline ces deux dernières années. «C’était quelqu’un de rigoureux et passionné», raconte l’actuel président de la Fca, Aboud Saïd Hilmy, lequel occupait le poste de secrétaire général au temps où le regretté était président. En 1996, il a préparé la délégation comorienne lors des Jeux olympiques (Jo) d’Atlanta aux États-Unis. Il s’agissait de la première participation des Comores aux Jo.


Chakira Saïd est né en février 1953 à Moroni. Il a vécu un temps en Algérie, puis à Madagascar où il s’est adonné quelques temps au football, sur le flanc gauche de l’Islam Sport de Majunga. C’est à Madagascar, justement, où il a fait la connaissance de Moina Mohamed, femme avec laquelle il aura quatre enfants. À Madagascar, également, où naîtra sa fille ainée.


L’ancien joueur de Rapide club de Moroni vivra un temps à La Réunion, ensuite en Côte d’Ivoire, cinq ans durant, dans le cadre de sa formation en éducation sportive. De retour aux Comores, il travaillera au ministère de la Jeunesse et des sports cumulativement à ses fonctions de professeur d’Education physique et sportive (Eps). Il a enseigné au lycée Said Mohamed Cheikh, au Groupe scolaire Fundi Abdoulhamid, au collège de Mbueni, à l’école privée Le Gymnase et dans un lycée à Selea, entre autres. «Tous les professeurs d’Eps actuels sont passés entre ses mains», précise Ahmed Assoumani (Djoumoi), professeur d’Eps, citant Lagou, Haoulata, Kamoimoi, entre autres élèves du «doyen du sport».

Le lien entre Chakira Saïd et la ville de Selea est presque fusionnel. «Tout le monde croyait qu’il venait de Selea», raconte l’un de ses fils, Chakira Idriss dit Mendoza, ex-capitaine de la sélection nationale de Basket-ball.

«Doyen du sport»

Fundi Ckakira y a connu ses heures de gloire en tant qu’entraineur de l’Union sportive de Selea (Uss), club avec lequel il a remporté le championnat des Comores, le premier du nom, en 1995. Il aura consacré vingt années de sa vie à ce club. La ville, raconte l’ancien président de l’Uss, Youssouf Mze, lui a dédié un terrain de 40 mètres carrés en reconnaissance à son attachement sans faille. Preuve qu’il était, à Selea, plus qu’un entraineur. Un enfant de la ville, pourrait-on dire. C’est un père et un professeur «calé et discipliné» que ses enfants, ses élèves et sa famille, également celle du sport, perdent. Que Dieu lui ouvre grand les portes de son paradis.

Commentaires