logo Al-Watwan

Le premier journal des Comores

Madagascar à la Can 2019 / Un parcours extraordinaire au bout d’un effort exceptionnel

Madagascar à la Can 2019 / Un parcours extraordinaire au bout d’un effort exceptionnel

Sports | -   Dayar Salim Darkaoui

image article une
Au-delà de l’élimination aux quarts, l’histoire retiendra que pour sa première participation à une phase finale de la Can, Madagascar a réussi à se hisser à ce niveau de la plus prestigieuse compétition africaine. Le résultat d’une révolution entamée en octobre 2017 pour remettre d’aplomb le football de “L’île continent”.

 

Le but de Naïm Sliti, dans les arrêts de jeu, a enterré le rêve des Malgaches dans cette trente-deuxième Coupe d’Afrique des Nations. Trois buts à zéro, face à une équipe tunisienne jusque-là balbutiante. Cruel comme fin. Mais au-delà du score, l’histoire retiendra que pour sa première participation à une phase finale de la Can, Madagascar a réussi à se hisser en quart de finale. Et avec la manière! Le résultat d’une révolution entamée en octobre 2017, et l’entrée en fonction de Nicolas Dupuis. Le sélectionneur français des Barea a réussi à redonner des couleurs à un football malgache qui restait secoué par des dissensions, sur fond d’élection présidentielle, au sein de sa maison mère. Aujourd’hui encore, s’y déploie à la tête de la Fédération malagasy de football (Fmf), un “Comité de normalisation” instauré en novembre 2018 par l’instance mondiale du ballon rond (Fifa) et la Confédération africaine de football (Caf).

Croire l’impossible possible!

Pour réussir l’exploit, il fallait être au-dessus de tout. Des errements logistiques, des aléas d’équipements, des primes de misère. Il fallait y croire contre vents et marées.
Les Barea viennent de très loin. Il leur a fallu d’abord passer l’obstacle Sao Tomé-et-Principe, en tour préliminaire. Une victoire poussive (0-1) à l’aller au stade du 12 juillet de Sao Tomé, une autre mieux aboutie (3-2) au retour à Mahamasina. C’était il y a deux ans, en mars 2017.Le début d’une aventure extraordinaire. Le hasard du tirage au sort plaçait la Grande île dans le groupe A des éliminatoires de la Can aux côtés du Soudan, de la Guinée équatoriale et du Sénégal. Le premier match contre les Faucons du désert soudanais se soldait par une victoire trois buts à un à Khartoum, avec un doublé de Faneva Andriatsima, l’homme à tout faire de la sélection malagasy.
L’ancien du Fc Nantes a sauté dans le train en 2010, l’un des premiers à avoir cru l’impossible possible. Du haut de ses treize buts, il est lemeilleur buteur de “sa” sélection. Autour de l’attaquant de Clermont Foot, un noyau d’expatriés et de binationaux qui ont donné à l’équipe son allant actuel. Lalaina Nomenjanahary (Paris Fc), Carolus Andriamahitsinoro (Al-Adalh Fc), Ibrahim Amada (Mouloudia Club), Anicet Andrianantenaina Abel (Ludogorets Razgrad), Marco Ilaimaharitra (Royal CharleroiSc), Pascal Razakanantenaina (Arras Fa), Thomas Fontaine (Stade de Reims), Romain Métanire (Minnesota United), Jérôme Mombris (Grenoble Foot), entre autres.

Ambassadeurs de l’Océan indien

Leur premier fait d’arme, un nul (2-2), au nez des Lions de la Téranga en éliminatoires. Ce 9 septembre 2018, une bousculade à l’entrée du stade de Mahamasina faisait un mort et quelques trente-sept blessés chez les supporters. C’est sans doute pour eux qu’ils ont joué et arraché à la Guinée, leur première qualification à une phase finale Can. Un petit but de Njiva Rakotoharimalala a suffi à faire le bonheur de tout un peuple. La rencontre avait lieu au Complexe sportif Cnaps de Vontovorona, à une quinzaine de kilomètres de la capitale. Madagascar était la première Nation à valider, dès la quatrième journée des éliminatoires, son ticket pour la Can égyptienne 2019. L’histoire était déjà belle. Elle allait l’être plus encore. La suite, tout le monde la connait. Elle relève presque du conte de fées. Un premier point face à la Guinée (2-2), une première victoire contre le Burundi (1-0) et une qualification pour les huitièmes de finale en tête de la poule B aux dépens du mondialiste 2018 et triple champion d’Afrique nigérian (2-0). Un éclairci dans le ciel malagasy ce 27 juin au lendemain d’un cinquante-neuvième anniversaire de l’indépendancequi aura fait seize morts et quatre-vingt-sept blessés dans une autre bousculade à Mahamasina. C’est dans la douleur, au bout des tirs aux buts, que Melvin Adrien et consorts vont prolonger, au grand dam de la Rdc (2-2), leur aventure jusqu’aux quarts de finale. Un exploit rare pour un novice.
L’enchainement des matchs (presque le même onze de départ) aura finalement raison de la hargne des Zébus, usés par les assauts des Aigles de Carthage. Les hommes de Nicolas Dupuis ont rendu les armes, mais avec les honneurs de l’Océan indien, dont ils étaient les ambassadeursn

Commentaires